Connect with us

Bíblia JND

Marcos 8

1 En ces jours-là, comme il y avait là une fort* grande foule, et qu’ils n’avaient rien à manger, [Jésus], ayant appelé à lui ses disciples, leur dit :

2 Je suis ému de compassion envers la foule, car voici trois jours déjà qu’ils demeurent auprès de moi, et ils n’ont rien à manger ;

2 Et après six jours, Jésus prend avec lui Pierre et Jacques et Jean, et les mène seuls à l’écart, sur une haute montagne. Et il fut transfiguré devant eux ;

3 et si je les renvoie à jeun dans leurs maisons, ils tomberont en défaillance par le chemin ; car quelques-uns d’entre eux sont venus de loin.

3 et ses vêtements devinrent brillants et d’une extrême blancheur, comme de la neige, tels qu’il n’y a point de foulon* sur la terre qui puisse ainsi blanchir.

4 Et ses disciples lui répondirent : D’où les pourra-t-on rassasier de pain, ici, dans le désert ?

4 Et Élie leur apparut avec Moïse, et ils parlaient avec Jésus.

5 Et il leur demanda : Combien avez-vous de pains ? Et ils dirent : Sept.

5 Et Pierre, répondant, dit à Jésus : Rabbi, il est bon que nous soyons ici ; et faisons trois tentes : une pour toi, et une pour Moïse, et une pour Élie.

6 Et il commanda à la foule de s’asseoir sur la terre. Et ayant pris les sept pains, il rendit grâces et les rompit et les donna à ses disciples pour les mettre devant la foule : et ils les mirent devant elle.

6 Car il ne savait que dire* ; car ils étaient épouvantés.

7 Ils avaient aussi quelques petits poissons ; et ayant béni, il dit qu’ils les missent aussi devant [la foule].

7 Et il vint une nuée qui les couvrit*, et il vint de la nuée une voix : Celui-ci est mon Fils bien-aimé, écoutez-le.

8 Et ils mangèrent et furent rassasiés ; et ils ramassèrent, des morceaux qui étaient de reste, sept corbeilles.

8 Et aussitôt, ayant regardé de tous côtés, ils ne virent plus personne, sinon Jésus seul avec eux.

9 Or ceux qui avaient mangé étaient environ quatre mille. Et il les renvoya.

9 Et comme ils descendaient de la montagne, il leur enjoignit de ne raconter à personne ce qu’ils avaient vu, sinon lorsque le fils de l’homme serait ressuscité d’entre les morts.

10 Et aussitôt, montant dans une nacelle avec ses disciples, il vint aux quartiers de Dalmanutha.

10 Et ils gardèrent cette parole, s’entre-demandant ce que c’était que ressusciter d’entre les morts.

11 Et les pharisiens sortirent et se mirent à disputer avec lui, demandant de lui un signe du ciel, pour l’éprouver.

11 Et ils l’interrogèrent, disant : Pourquoi les scribes disent-ils qu’il faut qu’Élie vienne premièrement ?

12 Et, soupirant* en son esprit, il dit : Pourquoi cette génération demande-t-elle un signe ? En vérité, je vous dis : il ne sera point donné de** signe à cette génération.

12 Et lui, répondant, leur dit : En effet, Élie vient premièrement et rétablit toutes choses ; — et comment il est écrit du fils de l’homme, qu’il souffrira beaucoup et qu’il sera chargé de mépris.

13 Et les laissant, il remonta de nouveau dans la nacelle et s’en alla à l’autre rive.

13 Mais je vous dis qu’aussi Élie est venu, et ils lui ont fait tout ce qu’ils ont voulu, comme il est écrit de lui.

14 Et ils avaient oublié de prendre des pains, et ils n’avaient qu’un seul pain avec eux dans la nacelle.

14 Et venant vers les disciples, il vit autour d’eux une grande foule, et des scribes qui disputaient avec eux.

15 Et il leur enjoignit, disant : Voyez, gardez-vous du levain des pharisiens et du levain d’Hérode.

15 Et aussitôt toute la foule, le voyant, fut saisie d’étonnement ; et ils accoururent et le saluèrent.

16 Et ils raisonnaient entre eux, [disant] : C’est parce que nous n’avons pas de pains.

16 Et il les interrogea, [disant] : De quoi disputez-vous avec eux ?

17 Et Jésus, le sachant, leur dit : Pourquoi raisonnez-vous sur ce que vous n’avez pas de pains ? N’entendez-vous pas encore, et ne comprenez-vous pas ? Avez-vous encore votre cœur endurci ?

17 Et quelqu’un de la foule lui répondit : Maître*, je t’ai amené mon fils qui a un esprit muet,

18 Ayant des yeux, ne voyez-vous pas ? et ayant des oreilles, n’entendez-vous pas ? et n’avez-vous point de mémoire ?

18 et, partout où il le saisit, il l’agite violemment ; et il écume, et grince des dents, et il devient sec ; et j’ai dit à tes disciples de le chasser, et ils n’ont pas pu.

19 Quand je rompis les cinq pains aux cinq mille, combien recueillîtes-vous de paniers pleins de morceaux ? Ils lui disent : Douze.

19 Et lui, leur répondant, dit : Ô génération incrédule, jusques à quand serai-je avec vous ? jusques à quand vous supporterai-je ? Amenez-le-moi.

20 Et quand [je rompis] les sept aux quatre mille, combien recueillîtes-vous de corbeilles pleines de morceaux ? Et ils dirent : Sept.

20 Et ils le lui amenèrent ; et quand il l’eut vu, aussitôt l’esprit le déchira ; et [l’enfant], tombant à terre, se roulait en écumant.

21 Et il leur dit : Comment ne comprenez-vous pas ?

21 Et Jésus demanda au père de l’enfant : Combien y a-t-il de temps que ceci lui est arrivé ? Et il dit : Dès son enfance ;

22 Et il vient à Bethsaïda ; et on lui amène un aveugle, et on le prie pour qu’il le touche.

22 et souvent il l’a jeté dans le feu et dans les eaux pour le faire périr ; mais si tu peux quelque chose, assiste-nous, étant ému de compassion envers nous.

23 Et ayant pris la main de l’aveugle, il le mena hors de la bourgade ; et lui ayant craché sur les yeux, il posa les mains sur lui et lui demanda s’il voyait quelque chose.

23 Et Jésus lui dit : Le «Si tu peux», c’est : Crois ! toutes choses sont possibles à celui qui croit.

24 Et ayant regardé, [l’homme] dit : Je vois des hommes, car je vois comme des arbres qui marchent.

24 Et aussitôt le père de l’enfant, s’écriant, dit avec larmes : Je crois, viens en aide à mon incrédulité.

25 Puis Jésus lui mit encore les mains sur les yeux et le fit regarder ; et il fut rétabli, et voyait tout clairement.

25 Et Jésus, voyant que la foule accourait ensemble, tança l’esprit immonde, lui disant : Esprit muet et sourd, je te commande, moi, sors de lui et n’y rentre plus.

26 Et il le renvoya dans sa maison, disant : N’entre pas dans la bourgade, et ne le dis à personne dans la bourgade.

26 Et ayant crié et l’ayant violemment déchiré, il sortit ; et [l’enfant] devint comme mort, de sorte que la plupart* disaient : Il est mort.

27 Et Jésus s’en alla, et ses disciples, aux villages de Césarée de Philippe ; et chemin faisant, il interrogea ses disciples, leur disant : Qui disent les hommes que je suis ?

27 Et Jésus, l’ayant pris par la main, le redressa* ; et il se leva.

28 Et ils répondirent : Jean le baptiseur ; et d’autres : Élie ; et d’autres : L’un des prophètes.

28 Et lorsqu’il fut entré dans la maison, ses disciples lui demandèrent en particulier : Pourquoi n’avons-nous pu le chasser ?

29 Et il leur demanda : Et vous, qui dites-vous que je suis ? Et Pierre, répondant, lui dit : Tu es le Christ.

29 Et il leur dit : Cette sorte ne peut sortir en aucune façon, si ce n’est par la prière et par le jeûne.

30 Et il leur défendit expressément de dire cela de lui à personne.

30 Et étant sortis de là, ils traversèrent la Galilée ; et il ne voulut pas que personne le sût.

31 Et il commença à les enseigner : Il faut que le fils de l’homme souffre beaucoup, et qu’il soit rejeté des anciens et des principaux sacrificateurs et des scribes, et qu’il soit mis à mort, et qu’il ressuscite après trois jours.

31 Car il enseignait ses disciples et leur disait : Le fils de l’homme est livré entre les mains des hommes, et ils le feront mourir ; et ayant été mis à mort, il ressuscitera le troisième jour.

32 Et il tenait ce discours ouvertement. Et Pierre, le prenant à part, se mit à le reprendre.

32 Mais ils ne comprenaient pas ce discours, et ils craignaient de l’interroger.

33 Mais lui, se retournant et regardant ses disciples, reprit Pierre, disant : Va arrière de moi, Satan, car tes pensées ne sont pas aux choses de Dieu, mais à celles des hommes.

33 Et il vint à Capernaüm ; et quand il fut dans la maison, il leur demanda : Sur quoi raisonniez-vous en chemin ?

34 Et ayant appelé la foule avec ses disciples, il leur dit : Quiconque veut venir après moi, qu’il se renonce soi-même, et qu’il prenne sa croix, et me suive :

34 Et ils gardaient le silence, car ils avaient disputé entre eux, en chemin, qui serait* le plus grand.

35 car quiconque voudra sauver sa vie* la perdra ; et quiconque perdra sa propre vie* pour l’amour de moi et de l’évangile la sauvera.

35 Et lorsqu’il se fut assis, il appela les douze et leur dit : Si quelqu’un veut être le premier, il sera le dernier de tous et le serviteur de tous.

36 Car que profitera-t-il à un homme s’il gagne le monde entier, et qu’il fasse la perte de son âme* ;

36 Et ayant pris un petit enfant, il le plaça au milieu d’eux ; et l’ayant pris entre ses bras, il leur dit :

37 ou que donnera un homme en échange de son âme* ?

37 Quiconque recevra l’un de tels petits enfants en mon nom, me reçoit ; et quiconque me recevra, ce n’est pas moi qu’il reçoit, mais c’est celui qui m’a envoyé.

38 Car quiconque aura honte de moi et de mes paroles parmi cette génération adultère et pécheresse, le fils de l’homme aura aussi honte de lui, quand il viendra dans la gloire de son Père, avec les saints anges.

38 Et Jean lui répondit, disant : Maître, nous avons vu quelqu’un qui chassait des démons en ton nom, qui ne nous suit pas ; et nous le lui avons défendu*, parce qu’il ne nous suit pas.

39 Et Jésus leur dit : Ne le lui défendez pas* ; car il n’y a personne qui fasse un miracle en mon nom, et qui puisse aussitôt mal parler de moi,

40 car celui qui n’est pas contre nous est pour nous.

41 Car quiconque vous donnera à boire une coupe d’eau en [mon] nom, parce que vous êtes de Christ, en vérité, je vous dis qu’il ne perdra point sa récompense.

42 Et quiconque sera une occasion de chute pour un des petits qui croient en moi, mieux vaudrait pour lui qu’on lui mît au cou une pierre de meule, et qu’il fût jeté dans la mer.

43 Et si ta main est pour toi une occasion de chute, coupe-la : il vaut mieux pour toi d’entrer estropié dans la vie, que d’avoir les deux mains, et d’aller dans la géhenne*, dans le feu inextinguible,

44 là où leur ver ne meurt pas et où le feu ne s’éteint pas.

45 Et si ton pied est pour toi une occasion de chute, coupe-le : il vaut mieux pour toi d’entrer boiteux dans la vie, que d’avoir les deux pieds, et d’être jeté dans la géhenne*, dans le feu inextinguible,

46 là où leur ver ne meurt pas et où le feu ne s’éteint pas.

47 Et si ton œil est pour toi une occasion de chute, arrache-le : il vaut mieux pour toi d’entrer dans le royaume de Dieu, n’ayant qu’un œil, que d’avoir deux yeux et d’être jeté dans la géhenne* de feu,

48 là où leur ver ne meurt pas et où le feu ne s’éteint pas.

49 Car chacun sera salé de feu ; et tout sacrifice sera salé de sel.

50 Le sel est bon ; mais si le sel devient insipide, avec quoi lui donnerez-vous de la saveur ?

51 Ayez du sel en vous-mêmes, et soyez en paix entre vous.

Continuar Lendo