Connect with us

Bíblia KJF

2 Samuel 18

1 Et David dénombra le peuple qui était avec lui, et il établit sur eux des capitaines sur les milliers et des capitaines sur les centaines.

2 Et David envoya le peuple, un tiers sous la main de Joab, et un tiers sous la main d’Abishai, le fils de Zeruiah et frère de Joab, et un tiers sous la main d’Ittai, le Gittite. Et le roi dit au peuple: Certainement, je sortirai, moi aussi avec vous.

3 Mais le peuple répondit: Tu ne sortiras pas; car si nous sommes mis en fuite, ils ne feront pas attention à nous, et si la moitié d’entre nous meurt, ils ne feront pas attention à nous; mais maintenant, tu en vaux dix mille d’entre nous; c’est pourquoi il vaut mieux que tu nous secoures de la ville.

4 Et le roi leur dit: Ce qui vous semble le meilleur, je le ferai. Et le roi se tint près de la porte, et tout le peuple sortit par centaines et par milliers.

5 Et le roi commanda à Joab, et à Abishai, et à Ittai, en disant: Agissez avec bonté, pour l’amour de moi, avec le jeune homme, savoir, Absalom. Et tout le peuple entendit lorsque le roi donna ordre à tous les capitaines concernant Absalom.

6 Ainsi le peuple sortit dans la campagne, à la rencontre d’Israël; et la bataille eut lieu dans la forêt d’Ephraim (Éphraïm).

7 Où le peuple d’Israël fut battu par les serviteurs de David, et il y eut là un grand carnage ce jour-là, de vingt mille hommes.

8 Car la bataille s’étendit sur toute la surface du pays, et la forêt dévora plus de peuple ce jour-là que n’en dévora l’épée.

9 Et Absalom rencontra les serviteurs de David. Et Absalom était monté sur un mulet; et le mulet alla sous les branches entrelacées d’un grand chêne, et sa tête se prit dans le chêne, et il demeura suspendu entre le ciel et la terre, et le mulet qui était sous lui s’en alla.

10 Et un certain homme le vit, et le rapporta à Joab, et dit: Voici, j’ai vu Absalom pendu à un chêne.

11 Et Joab dit à l’homme qui le lui rapportait: Voici, tu l’as vu? Et pourquoi ne l’as-tu pas frappé là, par terre? Et je t’aurai donné dix shekels d’argent et un ceinturon.

12 Et l’homme dit à Joab: Quand bien même j’aurais reçu mille shekels d’argent dans ma main, malgré tout je ne mettrais pas la main sur le fils du roi; car nous avons entendu le roi vous donner ordre à toi, à Abishai et à Ittai, disant: Gardez-vous qu’aucun de vous ne touche le jeune homme Absalom.

13 Autrement j’aurais agi faussement contre ma vie, car rien n’est caché au roi, et toi-même tu te serais mis contre moi.

14 Alors Joab dit: Je n’attendrai pas ainsi avec toi. Et il prit trois fléchettes dans sa main, et les enfonça dans le cœur d’Absalom, qui était toujours en vie au milieu du chêne.

15 Et dix jeunes hommes, qui portaient les armes de Joab, entourèrent et frappèrent Absalom et l’achevèrent.

16 Et Joab sonna de la trompette, et le peuple retourna de poursuivre Israël, car Joab retint le peuple.

17 Et ils prirent Absalom et le jetèrent dans une grande fosse, dans la forêt, et mirent sur lui un très grand monceau de pierres; et tout Israël s’enfuit, chacun dans sa tente.

18 Or Absalom, de son vivant, avait pris et dressé pour lui un pilier qui est dans le vallon du roi; car il disait: Je n’ai pas de fils pour conserver la mémoire de mon nom. Et il appela le pilier de son nom, et jusqu’à ce jour on l’appelle, le lieu d’Absalom.

19 Puis Ahimaaz, le fils de Zadok, dit: Laisse-moi courir porter au roi les nouvelles, que le SEIGNEUR l’a vengé de ses ennemis.

20 Et Joab lui dit: Tu ne porteras pas les nouvelles aujourd’hui, mais tu porteras les nouvelles un autre jour; mais aujourd’hui tu ne porteras pas de nouvelles, parce que le fils du roi est mort.

21 Alors Joab dit à Cushi: Va dire au roi ce que tu as vu. Et Cushi s’inclina devant Joab, et se mit à courir.

22 Puis Ahimaaz, le fils de Zadok, dit encore à Joab: Quoi qu’il arrive, laisse-moi, je te prie, courir après Cushi. Et Joab lui dit: Pourquoi veux-tu courir, mon fils, puisque tu n’as pas de nouvelles appropriées?

23 Mais quoi qu’il arrive, dit-il, laisse-moi courir. Et il [Joab] lui dit: Cours. Ahimaaz courut donc par le chemin de la plaine, et dépassa Cushi.

24 Et David était assis entre les deux portes, et la sentinelle allait sur le toit de la porte vers la muraille, et elle leva les yeux, et regarda; et voici, un homme courait tout seul.

25 Et la sentinelle cria, et le dit au roi. Et le roi dit: S’il est seul, il y a des nouvelles dans sa bouche. Et il allait vite et approchait.

26 Et la sentinelle vit un autre homme qui courait; et la sentinelle cria au portier, et dit: Voici un autre homme courant seul. Et le roi dit: Il apporte aussi des nouvelles.

27 Et la sentinelle dit: Il me semble à voir courir le premier, que c’est ainsi que court Ahimaaz, le fils de Zadok. Et le roi dit: C’est un homme bon, et il vient avec de bonnes nouvelles.

28 Alors Ahimaaz appela, et dit au roi: Tout va bien. Et il tomba sa face contre terre, devant le roi, et dit: Béni soit le SEIGNEUR ton Dieu, qui a livré les hommes qui avaient levé leurs mains contre mon seigneur le roi.

29 Et le roi dit le jeune homme, Absalom, est-il sain et sauf? Et Ahimaaz répondit: J’ai vu un grand tumulte, lorsque Joab envoya le serviteur du roi et moi, ton serviteur; mais je ne sais ce que c’était.

30 Et le roi lui dit: Tourne-toi, et tiens-toi là. Et Il se mit de côté, et se tint là.

31 Et voici Cushi arriva, et Cushi dit: [Voici les] nouvelles, mon seigneur, le roi, car le SEIGNEUR t’a vengé aujourd’hui de tous ceux qui s’étaient élevés contre toi.

32 Et le roi dit à Cushi: Le jeune homme, Absalom, est-il sain et sauf? Et Cushi répondit: Que les ennemis de mon seigneur, le roi, et tous ceux qui se sont élevés contre toi pour te faire du mal, soient comme ce jeune homme.

33 Et le roi fut très ému, et il monta à la chambre de la porte, et pleura; et, comme il allait, il disait ainsi: Ô mon fils Absalom, mon fils, mon fils Absalom! Plût à Dieu, si j’avais pu mourir pour toi, ô Absalom, mon fils, mon fils!

Continuar Lendo