1. Job continua son discours sentencieux, et dit:

2. Oh! que ne suis-je comme aux mois d'autrefois, comme au jour où Dieu me gardait,

3. Quand son flambeau luisait sur ma tête, quand je marchais à sa lumière dans les ténèbres;

4. Comme aux jours de mon automne, quand l'amitié de Dieu veillait sur ma tente;

5. Quand le Tout-Puissant était encore avec moi, et que mes jeunes gens m'entouraient;

6. Quand je lavais mes pieds dans le lait, et que le rocher se fondait près de moi en torrent d'huile!

7. Quand je sortais pour me rendre à la porte de la ville, et que je me faisais préparer un siège dans la place publique,

8. Les jeunes gens, me voyant, se retiraient; les vieillards se levaient et se tenaient debout.

9. Des princes s'arrêtaient de parler, et mettaient la main sur leur bouche.

10. La voix des chefs s'éteignait, et leur langue s'attachait à leur palais.

11. Car l'oreille qui m'entendait me proclamait heureux, et l'œil qui me voyait me rendait témoignage.

12. Car je délivrais l'affligé qui criait, et l'orphelin qui n'avait personne pour le secourir.

13. La bénédiction de celui qui s'en allait périr venait sur moi, et je faisais chanter de joie le cœur de la veuve.

14. Je me revêtais de la justice, et elle se revêtait de moi. Mon équité était mon manteau et ma tiare.

15. J'étais les yeux de l'aveugle, et les pieds du boiteux.

16. J'étais le père des pauvres, et j'étudiais à fond la cause de l'inconnu.

17. Je brisais les mâchoires de l'injuste, et j'arrachais la proie d'entre ses dents.

18. Et je disais: Je mourrai avec mon nid, et je multiplierai mes jours comme le phénix.

19. Ma racine sera exposée à l'eau, et la rosée passera la nuit dans mes branches.

20. Ma gloire se renouvellera en moi, et mon arc se renforcera dans ma main.

21. On m'écoutait, on attendait et on se taisait, jusqu'à ce que j'eusse donné mon avis.

22. Après que j'avais parlé, on ne répliquait pas, et ma parole découlait goutte à goutte sur eux.

23. Ils m'attendaient comme la pluie, et ils ouvraient leur bouche comme pour une ondée tardive.

24. Je souriais quand ils étaient désespérés; et ils n'altéraient pas la sérénité de mon visage.

25. J'aimais à aller avec eux, et je m'asseyais à leur tête; je siégeais comme un roi au milieu de ses gardes, comme un consolateur au milieu des affligés.

1. Mais, maintenant, des hommes plus jeunes que moi se moquent de moi, des hommes dont je n'aurais pas daigné mettre les pères avec les chiens de mon troupeau.

2. Et qu'aurais-je pu faire de la force de leurs mains? En eux avait péri toute vigueur.

3. Exténués par la disette et la faim, ils broutent les lieux arides, depuis longtemps désolés et déserts.

4. Ils cueillent l'herbe sauvage près des buissons, et la racine des genêts est leur nourriture.

5. On les chasse du milieu des hommes; on crie après eux comme après un larron;

6. Ils habitent dans des torrents affreux, dans les trous de la terre, et parmi les rochers.

7. On les entend braire dans les buissons, ils s'étendent pêle-mêle sous les chardons;

8. Race impie, race sans nom, qui avait été chassée du pays!

9. Et maintenant je suis le sujet de leurs chansons, et je fais la matière de leurs propos.

10. Ils m'ont en horreur, ils s'éloignent de moi; ils ne craignent pas de me cracher au visage.

11. Parce que Dieu a détendu la corde de mon arc et m'a humilié, ils ont secoué tout frein devant moi.

12. Cette engeance se lève à ma droite; ils poussent mes pieds; ils construisent contre moi des routes pour me nuire;

13. Ils rompent mon chemin, ils aident à ma ruine, eux à qui personne ne porterait secours.

14. Ils arrivent comme par une large brèche, ils se précipitent au milieu du fracas.

15. Toutes les terreurs se tournent contre moi, elles poursuivent ma prospérité comme le vent, et mon bonheur a passé comme un nuage!

16. Et maintenant mon âme se fond en moi, les jours d'affliction m'ont atteint;

17. La nuit perce mes os et les détache, et ceux qui me rongent ne dorment pas.

18. Par la violence extrême de mon mal, mon vêtement se déforme; il me serre comme le col de ma tunique.

19. Dieu m'a jeté dans la boue, et je ressemble à la poussière et à la cendre.

20. Je crie vers toi, et tu ne me réponds pas; je me tiens debout devant toi, et tu me considères!

21. Tu es devenu cruel pour moi; tu t'opposes à moi avec toute la force de ton bras.

22. Tu m'enlèves, tu me fais chevaucher sur le vent, et tu me fais fondre au bruit de la tempête.

23. Oui, je sais bien que tu m'amènes à la mort, et dans la demeure, rendez-vous de tous les vivants.

24. Seulement, n'étendrait-on pas la main au milieu de la ruine? Et, dans sa calamité, ne serait-il donc pas permis de pousser un cri?

25. Ne pleurais-je pas sur l'homme qui passait de mauvais jours? Mon âme n'était-elle pas affligée à cause du pauvre

26. J'ai attendu le bonheur, et le malheur est arrivé. J'espérais la lumière, et les ténèbres sont venues.

27. Mes entrailles bouillonnent sans repos; les jours d'affliction m'ont assailli.

28. Je marche tout noirci, et non par le soleil. Je me lève dans l'assemblée, et je crie.

29. Je suis devenu le frère des chacals, et le compagnon des autruches.

30. Ma peau se noircit et tombe. Mes os sont brûlés par la fièvre.

31. Ma harpe s'est changée en deuil, et mon luth en voix de pleurs.

1. J'avais fait un accord avec mes yeux; et comment aurais-je regardé une vierge?

2. Car quelle part Dieu m'aurait-il faite d'en haut, et quel héritage le Tout-Puissant m'aurait-il envoyé des cieux?

3. La calamité n'est-elle pas pour le pervers, et l'adversité pour ceux qui commettent l'iniquité?

4. Ne voit-il pas toute ma conduite, et ne compte-t-il pas tous mes pas?

5. Si j'ai marché dans le mensonge, et si mon pied s'est hâté pour tromper,

6. Que Dieu me pèse dans des balances justes, et il reconnaîtra mon intégrité.

7. Si mes pas se sont détournés de la voie, et si mon cœur a suivi mes yeux, et si quelque souillure s'est attachée à mes mains,

8. Que je sème et qu'un autre mange, et que mes rejetons soient déracinés!

9. Si mon cœur a été séduit par quelque femme, et si j'ai fait le guet à la porte de mon prochain,

10. Que ma femme broie le grain pour un autre, et que d'autres se penchent sur elle!

11. Car c'est là une méchanceté préméditée, une iniquité punie par les juges.

12. C'est un feu qui dévore jusqu'à pleine destruction, qui eût ruiné tous mes biens dans leur racine.

13. Si j'ai méprisé le droit de mon serviteur ou de ma servante, quand ils ont eu des contestations avec moi,

14. Et que ferais-je, quand Dieu se lèvera, et quand il demandera compte, que lui répondrais-je?

15. Celui qui m'a fait dans le sein de ma mère, ne l'a-t-il pas fait aussi? Un même créateur ne nous a-t-il pas formés dans le sein maternel?

16. Si j'ai refusé aux pauvres leur demande, si j'ai laissé se consumer les yeux de la veuve,

17. Si j'ai mangé seul mon morceau, et si l'orphelin n'en a point mangé,

18. Certes, dès ma jeunesse, il a grandi près de moi comme près d'un père, et dès le sein de ma mère, j'ai été le guide de la veuve,

19. Si j'ai vu un homme périr faute de vêtement, et le pauvre manquer de couverture;

20. Si ses reins ne m'ont pas béni, et s'il n'a pas été réchauffé par la toison de mes agneaux;

21. Si j'ai levé ma main contre l'orphelin, parce que je me voyais appuyé à la porte;

22. Que mon épaule tombe de ma nuque, et que mon bras soit cassé et séparé de l'os!

23. Car la frayeur serait sur moi avec la calamité de Dieu, et je ne pourrais pas subsister devant sa majesté.

24. Si j'ai mis dans l'or ma confiance, et si j'ai dit à l'or fin: Tu es ma sécurité;

25. Si je me suis réjoui de ce que ma fortune était grande, et de ce que ma main avait beaucoup acquis;

26. Si, voyant le soleil briller et la lune s'avancer magnifique,

27. Mon cœur a été secrètement séduit, et si ma main a envoyé des baisers

28. (Ce qui est aussi une iniquité punie par le juge, car c'est un reniement du Dieu d'en haut);

29. Si je me suis réjoui du malheur de mon ennemi, si j'ai sauté de joie quand le mal l'a atteint

30. (Je n'ai pas permis à ma langue de pécher en demandant sa mort dans des malédictions);

31.

32. (L'étranger ne passait pas la nuit dehors; j'ouvrais ma porte au voyageur);

33. Si j'ai caché, comme Adam, mes fautes; si j'ai enfermé mon crime dans mon sein,

34. Parce que je craignais la foule et redoutais le mépris des familles, en sorte que je restais tranquille et n'osais franchir ma porte.

35. Oh! si quelqu'un m'écoutait! Voici ma signature: Que le Tout-Puissant me réponde, et que mon adversaire écrive son mémoire!

36. Je jure que je le porterai sur mon épaule, je me l'attacherai comme une couronne,

37. Je lui déclarerai le nombre de mes pas, je l'aborderai comme un prince.

38. Si ma terre crie contre moi, et si mes sillons pleurent avec elle;

39. Si je mange ses fruits sans l'avoir payée, si je fais rendre l'âme à ses maîtres,

40. Qu'elle produise de l'épine au lieu de froment, et l'ivraie au lieu d'orge! C'est ici la fin des paroles de Job.

Você está lendo na edição OSTERVALD, Ostervald, em Francês.
Este lívro compôe o Antigo Testamento, tem 42 capítulos, e 1068 versículos.